Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Il faut dissoudre le SIL

6 Janvier 2015, 17:55pm

Publié par droin

À l’origine de l’hyper incinérateur qui suscite la polémique, le SIL est une erreur qu’il faut corriger le plus rapidement possible. Le département et les agglomérations ayant compétence pour le traitement des déchets.

Une couche supplémentaire sur le mille-feuille

Tout le monde en convient : il faut simplifier le mille-feuille administratif. Avec la commune, l’intercommunalité, le département, le pôle métropolitain et la région, la France croule sous les collectivités territoriales. Toutes les réformes prétendent en diminuer le nombre, malheureusement, elles ne changent rien. Parfois même on rajoute des couches intermédiaires. C’est le cas en Charente-Maritime avec la création du SIL (syndicat intercommunal du littoral). Il n’exerce de compétences que dans un seul domaine : le traitement des déchets. Or, le département et les agglomérations ont compétence en ce domaine. Il est donc inutile.

Une structure qui coûte cher

Avec ses sept vices-présidents rémunérés, le personnel employé et une gestion épinglée par la Chambre régionale des comptes (CRC), le SIL coûte cher au contribuable. Chaque fois que l’on crée une couche administrative, on crée de l’endettement, et par conséquent de l’impôt. Ainsi, un an à peine après sa création, le SIL était contraint d’ouvrir une nouvelle ligne de trésorerie (autrement dit contracter un emprunt) de 300K€, pour éviter d’être dans le rouge. Huit ans après, au 1er janvier 2014, la dette dépassait déjà les 8 millions d’euros. Dans son rapport du 11 mai 2011, la CRC affichait son scepticisme quant à l’efficacité de la mutualisation des moyens. On la comprend.

Trop d’incohérences

En 2005, le SIL remet l’incinérateur d’Échillais aux normes. Coût de l’opération : plus de 8 millions d’euros supportés par les seuls contribuables de la CARO (Pays rochefortais) qui rembourseront jusqu’en 2020. Parallèlement, il étudie déjà le nouveau projet évalué, aujourd’hui, à près de cents millions d’euros. Dans ces conditions, à quoi servait la dépense de 8 millions pour la remise aux normes ?
Il faut dissoudre le SIL