Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Affaire Auzière-Trogneux contre Roy-Rey, quelques explications

9 Mars 2023 , Rédigé par droin

On lit à peu près tout et son contraire au sujet du jugement du 8 mars concernant l'affaire Brigitte Macron. Voici un résumé de l’ordonnance du juge et un point sur les autres.

Le 15 février 2022, Brigitte Trogneux épouse Macron, Jean-Michel Trogneux, Sébastien Auzière, Laurence Auzière et Tiphaine Auzière, délivrent une assignation à Natacha Rey et Amandine Roy (respectivement Nathalie Rey et Delphine Jégousse à l’état civil). Celles-ci, selon les plaignants, auraient porté atteinte à leur droit au respect de leur vie privée et à leur droit à l’image et auraient exercé sur eux une surveillance fautive. L’objet du litige étant une vidéo diffusée sur la chaîne Youtube d’Amandine Roy, Médiumisation, le 10 décembre 2021. Vidéo dans laquelle Natacha Rey émettait l’hypothèse que Brigitte Macron serait née Jean-Michel Trogneux, présenté, selon le récit officiel comme son propre frère.

Pour réparation, Jean-Michel réclamait 30.000 euros ; Brigitte, 20.000 et les enfants, dix mille euros chacun. Ajouté à cela, la publicité sur un quart de page dans différents journaux et l’indemnité pour frais de justice (article 700 du code de procédure civile).

L’affaire a été entendue à l’audience du 18 janvier 2023 à Paris, et la décision a donc été rendue en ce 8 mars.

Les défenderesses, c’est-à-dire Amandine et Natacha, faisait valoir que les griefs formulés contre elles relevaient de la diffamation et pas de l’atteinte à la vie privée. Les demandeurs (Auzière-Trogneux) font alors valoir qu’ils ont déposé une plainte avec constitution de partie civile du chef de diffamation publique envers particuliers auprès du doyen des juges d’instruction du Tribunal judiciaire de Paris le 31 janvier 2022. Mais, selon eux, il y a, dans la vidéo récriminée, des propos qui relèvent de l’atteinte à la vie privée et d’autres qui relèvent de la diffamation. Aussi veulent-ils que ne soient jugés à cette audience que ceux relevant de la vie privée ; ceux relevant de la diffamation ne devant l’être qu’au moment de la procédure pour diffamation. Les défenderesses, pour leur part, affirment le contraire : on ne peut dissocier ces propos qui forment un tout.

Le juge choisira une troisième voie : selon lui, les propos incriminés ne relèvent pas de l’atteinte à la vie privée, mais de la diffamation. En conséquence, il annule l’assignation délivrée par le consort Trogneux-Auzière. L’affaire devant être jugée lors de l’audience examinant la diffamation.

Reste à savoir si celle-ci aura lieu. Natacha et Amandine ont été mises en examen à ce sujet le 24 décembre 2022, mais n’ont toujours pas été convoquées par le juge. Si l’affaire devait s’enliser et en rester là, comme on peut le craindre, on serait alors privé d’un déballage qui pourrait s’avérer passionnant. En attendant, cette décision de justice est un camouflet non seulement pour Brigitte, mais aussi pour Jean-Michel, Sébastien, Laurence et Tiphaine. 

Enfin, dans la troisième affaire, celle concernant la diffamation des époux Auzière du Calvados (Catherine et Jean-Louis), Natacha et Amandine ont été condamnées le 14  février dernier… sans avoir pu se défendre. Leurs avocats vont tenter de faire annuler cette ordonnance pour vice de forme et, en attendant la réponse, ont déposé un appel qui sera jugé au tribunal de Caen le 10 mai prochain.

Affaire Auzière-Trogneux contre Roy-Rey, quelques explications
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article