Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Lettre ouverte aux députés et sénateurs de droite à propos du TSCG

28 Septembre 2012, 11:58am

Publié par Admin

Mesdames, Messieurs, les Députés et Sénateurs,

 

 

Le 9 octobre prochain, le Président de la République vous demandera de voter le traité européen de stabilité financière. L’article 8 de ce traité menace de lourdes sanctions financières les pays qui ne ramèneraient pas leur déficit public au-dessous de 3% de leur PIB et leur dette au-dessous de 60% de ce même PIB.

Répondre favorablement au Président, voter le traité, cela signifie soit, que vous faites confiance au gouvernement actuel pour répondre à ce double objectif. Pari risqué. Soit, que vous acceptez délibérément de sanctionner financièrement votre pays, comme si cette malheureuse France ne souffrait pas déjà suffisamment.

La punition infligée aux contrevenants est de 0,1% de leur PIB. C’est-à-dire deux milliards d’euros en ce qui concerne la France. Que le gouvernement socialiste ne fasse pas redescendre le déficit public et/ou qu’il ne ramène pas la dette à moins de 60%, et ce sont deux milliards d’euros d’amende qui tombent sur les contribuables français, vos électeurs. Prendrez-vous ce risque ?

Vous ne pouvez pas voter ce texte uniquement par solidarité envers l’ancien Président de la République, qui l’a initié. Comme si celui-ci n’avait jamais commis d’erreurs. L’intérêt de la France et des Français passe bien avant la discipline de parti, bien avant toute solidarité quelconque. Lorsque l’on dira au contribuable de votre circonscription, déjà trop pressuré, que l’on augmente ses impôts pour payer les amendes de Bruxelles, celui-ci aura une pensée pour vous qui vous êtes joints aux socialistes pour voter ensemble le TSCG.

 

En un mot, Mesdames et Messieurs les députés, les Français comptent sur le soin que vous portez à leurs intérêts, votre honnêteté intellectuelle et sur le sens que vous donnez à vos engagements pour ne pas voter, le 9 octobre prochain, le traité de stabilité financière.

 

Dans cet espoir, je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs, à l’expression de ma haute considération.

 

 

 

Dominique Droin

Lire la suite

Guère de sexe et Rousseau

7 Septembre 2012, 17:06pm

Publié par Admin

C’est la nouvelle mode : les hommes ne doivent plus être des hommes, ni les femmes des femmes. C’est la théorie du genre et elle nous vient tout droit de cette Amérique qui nous a pourtant envoyé tant de choses dont on aurait dû savoir se passer - notamment la folie procédurière qui envahit les tribunaux.

Les théoriciens du genre, pour en revenir à eux, ne le disent pas ainsi, mais ce qu’ils veulent c’est une société composée uniquement d’androgynes hermaphrodites pour s’assurer que la différence de sexe n’handicapera plus les femmes. Car, toujours selon eux, parce que ça reste à prouver, la place de ces dernières n’est plus tenable dans notre société. Toujours plus mal traitées que l’homme, elles ne seraient confinées qu’à des tâches obscures, alors qu’à la naissance elles étaient exactement pareilles que leurs homologues masculins. Même Rousseau n’a pas osé aller si loin.

 

Le seul problème, c’est que ces théoriciens-là se permettent de parler d’un passé dont ils n’ont probablement pas la moindre notion, sinon ils nous épargneraient leurs inepties. Aussi, devrait-on leur conseiller la lecture d’ouvrages relatant la découverte de nouveaux continents par ces explorateurs des siècles précédents. Tous, ont raconté les coutumes des sauvages qui, toujours d’après Rousseau, « vivaient selon la nature ». Et ces coutumes sont à l’opposé de la théorie du genre : les hommes sont à la chasse ou à la guerre ; les femmes, au camp pour s’occuper des enfants et du foyer. Cela était vrai aussi bien sur le continent américain que sur celui d’Afrique, et bien avant que notre vile société ne les pervertisse.

Si l’on veut même pousser plus loin le rapprochement avec la nature, observons ce qui se passe chez les animaux. A-t-on déjà vu un poulain dans les pattes de son étalon de père broutant l’herbe du pré ; a-t-on déjà vu une couvée de poussins se mettre à la suite d’un coq papa-poule ? Pas encore ! et heureusement. Chez les animaux, la femelle nourrit toujours ses petits ; chez l’Homme, c’était la femme avant que la société n’en change les mœurs. Car si celle-ci a eu une influence sur le rôle des sexes, c’est plutôt dans ce sens que dans l’autre. C’est-à-dire un sens contre nature. Seulement, la nature, qu’on le veuille ou non, sera toujours plus forte et le combat de nos théoriciens, perdu d’avance. Toutefois, si ça peut apaiser leur douleur, laissons-les constater que le mot nature est du genre féminin.

Lire la suite