Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Lettre ouverte au président de la CAPR

25 Février 2013, 12:11pm

Publié par Admin

Monsieur le Président,

 

Les habitants de la CAPR viennent de recevoir une carte leur permettant d’aller 18 fois par an déposer leurs immondices dans les déchèteries du Pays rochefortais. Si l’on suit la logique de cette initiative, ce n’est ni le volume, ni le poids des déchets qui est pris en compte, mais le nombre de passages. Autrement dit, et en poussant à l’extrême ce raisonnement : celui qui viendrait jeter 18 fois un mégot de cigarette à la déchèterie, n’aurait plus droit à aucun crédit sur sa carte, tandis que celui qui viendrait avec une remorque et un coffre pleins aurait droit, lui, à 17 autres passages pour lesquels il pourrait en user ainsi. C’est-à-dire que le premier usager n’aurait rempli, en tout et pour tout, qu’un petit cendrier dans l’année alors qu’il faudrait une benne entière pour le second. Or, comme vous les mettez tous les deux sur le même pied, cela doit signifier, selon vous, que les deux usagers coûtent la même chose à la collectivité, c’est-à-dire au contribuable. Je crains qu’il n’y ait pas grand monde pour vous suivre sur cette voie et c’est la première raison pour laquelle je prends la liberté de vous demander de suspendre votre décision.

La deuxième est relative aux professionnels. Il ne s’agit pas de faire de procès d’intention, mais de ne pas exclure, non plus, l’hypothèse du travail au noir.

L’honnête entrepreneur ira chercher sa carte comme vous le lui demandez et cela viendra augmenter ses charges. L’autre, qui par définition échappe aux charges, aura deux solutions : utiliser la carte de ses clients, avec le risque, à la longue, de se faire repérer. Ce qui l’amènera à choisir la seconde possibilité : déposer ses déchets dans la nature. Ceux-ci viendraient alors rejoindre ceux que des particuliers peu scrupuleux et à court de crédit sur leur carte auront déjà déposés. Si vous poursuivez votre initiative, vous verrez que ce que je vous prédis là ne manquera pas de se produire.

Croyez bien, Monsieur le Président, que ce n’est pas de gaieté de cœur que je me permets de vous importuner encore une fois. Seulement, la logique de cette nouvelle initiative m’échappe tellement, que je ne pouvais pas m’empêcher de mettre sous vos yeux mon sentiment à cet égard.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Président de la CAPR, à l’expression de ma respectueuse considération.

 

Dominique Droin

Lire la suite