Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Lettre au Président de la République au sujet de la parité

12 Mai 2008, 18:50pm

Publié par Admin

Cette lettre a été signée par cent femmes de Rochefort et Pays rochefortais dont la pétition est adressée sous le même pli au Président.

Au début, je pensais que cinquante femmes suffiraient, mais n’ayant eu aucune peine à atteindre ce nombre, je suis passé à cent.

Parmi ces femmes, se trouvent des avocats, ingénieurs, médecins, retraitées, salariées du privé ou du Public, commerçantes, femmes au foyer, enseignantes ; d’autres à la recherche d’un emploi. Certaines sont de Droite, d’autre de Gauche. Certaines ne savent plus. Bref, il y a là un aperçu assez complet de notre société.

Le but de cette pétition est de faire réfléchir sur l’utilité des différentes lois sur la parité hommes/femmes en politique.




Monsieur le Président,

 

  Persuadé que la bonne gouvernance se fait avec des talents  et non avec des quotas ; persuadé aussi que les personnes de qualité s’imposent sans l’aide d’artifices, je me permets de vous exposer les effets pernicieux que j’ai pu observer à propos des différentes lois sur la parité.

Il n’est pas question de dénier aux femmes le droit de s’intéresser à la chose publique ; au contraire. Mais, pensez-vous, Monsieur le Président, que des personnes comme Simone Veil ou Ségolène Royal, pour ne citer que deux exemples perdus dans une multitude, pensez-vous que ces femmes aient eu besoin de lois spéciales pour éclore et exprimer leur talent ?

 

Probablement, jugez-vous, comme moi, que toutes celles qui ont su s’imposer, en politique comme ailleurs, l’ont fait parce qu’elles avaient les compétences nécessaires. Or, les nouvelles lois les desservent. En même temps, elles desservent notre Pays.

C’est ce que je vais essayer de montrer en deux courtes parties.

Dans la première, nous verrons comment l’on oppose la représentativité aux compétences ;

Dans la seconde, j’évoquerai les conséquences contraires au but recherché : celles qui dégradent l’image de la femme en politique.

 

A) Compétences contre représentativité

Que veut-on pour faire marcher le Pays, les régions, les départements et les communes ? Une parfaite représentativité de la société ou des compétences ?

Prenons pour exemple ce qui se passe dans les domaines du sport de haut niveau et des entreprises ; là où l’on recherche des résultats.

Pensez-vous, Monsieur le Président, que votre secrétaire d’État, Bernard Laporte, au temps où il entraînait l’équipe de France de rugby, se soit posé la question de savoir si les joueurs qu’ils retenaient étaient représentatifs de la société française ? Non. Il a pris les meilleurs. Ceux qui, selon lui, pouvaient permettre à la France de gagner ses matches.

Pensez-vous encore qu’un chef d’entreprise efficace, lorsqu’il recrute un nouveau collaborateur, se soucie des contingents relatifs à la représentativité de la société ? Pas plus. Lui aussi veut une personne d’abord compétente.

Je ne vois pas pourquoi il en irait autrement en politique. Je ne vois pas non plus pourquoi un gouvernement, une municipalité, un conseil quelconque, qui aurait autant d’hommes que de femmes serait meilleur qu’un autre. Je ne vois pas enfin pourquoi la parfaite égalité hommes/femmes est une aubaine pour n’importe quelle structure.

 

B) Lois dégradantes pour l’image de la femme

Le but des lois sur la parité, est, dit-on, de faire une place aux femmes dans un monde politique qui leur serait fermé. Louable intention à laquelle je souscris. Néanmoins, candidat aux élections législatives en 2007 ; et en 8ème position sur une liste à Rochefort (17), lors des dernières municipales, j’ai pu mesurer à quel point nous étions passés loin de notre affaire pour les différentes raisons que voici :

    

  1. Il y a, d’une manière générale, plus d’hommes que de femmes qui s’intéressent à la chose publique. Aussi, est-il toujours difficile de trouver un nombre suffisant de femmes, alors que l’on est obligé de refuser des places à des hommes pourtant compétents. Je prendrai l’exemple des législatives de 2007. Appartenant à un petit parti, nous avons été contraints, comme toutes les autres formations, de présenter autant de femmes que d’hommes. Or, comme nous n’avions pas ces femmes, nous avons dû demander aux épouses de se présenter à la place de leur mari. Qui se plaindra qu’une femme se soumette aux desiderata de son mari ? Peu importe, mais je ne pense pas que cela soit le but recherché par nos lois sur la parité. D’autre part, ces héroïnes, peu aguerries à ce genre d’exercice, eurent toutes les peines du monde à répondre aux questions des journalistes. Elles offrirent aux médias une image peu glorieuse de la Femme en politique. Là non plus, je ne pense pas que ce soit le but recherché.
  2. Étant donné qu’il y a trop d’hommes par rapport aux places qui peuvent leur être dévolues, on est obligé d’opérer une sélection. Ainsi prend-on les meilleurs. Quant aux femmes, il en va tout autrement, puisque, comme on vient de le voir, il en manque souvent. Cette pénurie contraint à compléter leur contingent par certaines qui n’éprouvent que peu d’intérêt pour la politique. De là découle une différence artificielle. D’un côté, certaines femmes appelées en renfort pour faire le nombre mais qui se sentent peu concernées par ce qui leur est demandé. De l’autre, la sélection des meilleurs hommes. Aussi, vaut-il mieux, ce me semble, des femmes expertes que seules leurs compétences et leur volonté imposent, qu’un grand nombre dont une bonne partie ne seraient là que pour respecter des quotas.
  3. S’il y a des femmes peu intéressées par la politique, il en est d’autres qui le sont et qui manifestent talent et aptitudes. Malheureusement, même celles-ci sont les victimes de nos mauvaises lois, car les plus prudentes ne savent plus si on les a retenues pour leurs qualités ou pour respecter des taux. 

  Si ce que je dis est faux ; s’il y a dans un coin de France plus de femmes que d’hommes férues de politique, si, comme diraient les mathématiciens, je fais une erreur de signe dès le début, mon raisonnement, lui, tient toujours. Il suffit d’inverser les rôles. Aussi, les femmes seraient-elles alors dispensées de chercher des hommes qui ne seraient là que pour respecter un nombre imposé par ces lois artificielles. 

 Voilà, Monsieur le Président, les raisons qui m’ont incité à vous écrire. Pour mieux vous convaincre, j’ai demandé à cent femmes de Rochefort et de ses environs de signer cette lettre et je vous envoie ci-joint leur pétition.

 

Assuré de votre dévouement à la bonne marche de notre Nation, je me permets d’espérer que ma démarche saura retenir votre attention tout en vous priant d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma respectueuse considération.

 

 

 

Dominique Droin