Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Heureusement que les Socialistes ne tenaient pas Rochefort dans les années 70/80

29 Mars 2007, 19:23pm

Publié par Dominique Droin

Le maire de Rochefort continue de vouloir se débarrasser du patrimoine bâti de la ville. C’est une erreur à tous points de vue.
 
Alors que le Magasin aux vivres est sur le point d’être classé Monument historique, Bernard Grasset reste dans la même logique. Celle qui consiste à le vendre pour en faire un complexe de loisirs avec casino.
J’ai eu l’occasion de lui proposer une autre solution de vive voix, lorsque nous étions invités ensemble sur les ondes de Demoiselle FM. Malheureusement, en vain.
 
Ce magasin, le dernier de ce type en France (les autres ont été détruits lors de la Deuxième guerre mondiale), est une nouvelle chance touristique pour la ville et les environs. Il est tout à fait susceptible de remplacer l’Hermione qu’il faudra bien se décider à mettre à l’eau.

Quand la réplique de la frégate ne sera plus là, quel sera le grand vecteur touristique de Rochefort ? La corderie ? C’est un peu court, les trois-quarts de l’édifice ne se visitent pas. Les plages voisines ? Elles sont souvent envasées et par conséquent peu faciles d’accès.
La ville de Rochefort ne peut pas se passer d’un grand projet capable de drainer ici une foule d’amoureux du patrimoine national, comme le fait encore l’Hermione.
 
Restaurer le bâtiment à l’identique
Voyons à long terme. Oeuvrons pour les Rochefortais des futures années. Ne cherchons pas à réaliser en un mandat ce qui doit être fait au fil du temps. La restauration du magasin des vivres comme il était au XVIIIème peut prendre des années, cela n’a pas d’importance, car chaque tranche de travaux pourrait être visitée au fur et à mesure de l’avancée du chantier, comme on le fait pour l’Hermione.
Ce qui compte, c’est de proposer une offre touristique intéressante et propre à passionner tous les amoureux du patrimoine, qu’ils soient français ou étrangers. Ayons un dessein national ! Que Rochefort offre à la France la restauration de son dernier magasin aux vivres de la Marine louis-quatorzienne, comme elle l’a fait pour la Corderie.
 
Si ceux qui tenaient notre ville dans les années 60, 70 et 80 avaient eu la même logique que l’actuelle municipalité, jamais la cité de Colbert n’aurait su ressusciter les vestiges glorieux de son passé. Vestiges qui font aujourd’hui toute la force de Rochefort, l’essentiel de son intérêt. En un mot la première manne économique des alentours.