Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Le blog de Dominique Droin

Bourcefranc, nouveau dérapage d’un candidat du new FN

2 Décembre 2015, 07:42am

Publié par droin

Lire la suite

François Hollande ou le machiavélisme sans limite

26 Novembre 2015, 10:33am

Publié par droin

C'est le nouvel aphorisme du Président de la République : « La France est en guerre ». Ça fait un moment que le reste de la population le savait. Alors, pourquoi cette soudaine déclaration ?

Tout simplement parce que François Hollande s’est rendu compte que la seule fois où sa popularité avait connu une légère embellie, c’était après les attentats de janvier dernier. Le fameux « esprit du 11 Janvier », c’était lui, c’était son œuvre et sa gloire. Hélas pour ce malheureux, depuis ces drames, il a inexorablement replongé dans les abîmes, là où il semble encalminé ad vitam aeternam. Chaque enquête d’opinion le lui rappelant, au cas où…

Même si c’est terrible à dire, il ne a lui pas échappé, lui que la future présidentielle obnubile, que seules des circonstances de même ampleur pouvaient lui permettre de reprendre pied. L’affirmer, c’est terrible, c’est vrai ; mais enfin ! Ce que la France vient d’endurer, tout le monde s’y attendait. Lui le premier.

C’est pourquoi l’on a le droit de s’interroger sur un homme qui a trop montré que les qualités de cœur n’étaient pas sa vertu première ; on a le droit de s’interroger sur un homme qui se flattait récemment de son machiavélisme et qui n’hésitait pas à confier au Parisien, cet été : « Il vaut mieux passer pour Machiavel que pour un naïf absolu ». Bref, on a le droit de s’interroger sur un homme prêt à tout. C'est déplacé, c'est inconvenant, c'est tout ce que l’on veut, de s'interroger ainsi ? Peut-être ! Mais alors, pour ôter tous les doutes, que ceux qui sont choqués répondent aux questions suivantes :

Pourquoi les services de l’État, viennent-ils d’un seul coup de prendre des décisions qu’ils auraient dû prendre il y a longtemps ? Pourquoi ces mêmes services, qui connaissaient toutes ces informations qui leur permettent de frapper aujourd’hui, n’ont-ils pas frappé avant ? Pourquoi, alors que l’on sait depuis longtemps que la France est en guerre, permet-on que des quartiers restent interdits aux forces de la République, là où, précisément s’opèrent tous les trafics d’armes ? Bref, pourquoi, d’un seul coup on ose ce que l’on aurait dû oser depuis des années, si ce n’est pour montrer que la France a un chef de guerre, un vrai.

Pour assouvir son ambition malsaine, François Hollande est prêt à tout. On le savait. N’empêche, son machiavélisme devient chaque jour de plus en plus intolérable.

Lire la suite

Pirouettes et volte-face

11 Novembre 2015, 21:10pm

Publié par droin

Surtout ne pas dire n’importe quoi

L’année dernière, M. Blanché nous avait beaucoup divertis avec ses pirouettes au milieu de danseurs de hip-hop. Mais ses volte-face politiques valent aussi le détour.

Au sujet de l’incinérateur, il a commencé par dire, au moment de la campagne, qu’il prenait le temps de la réflexion car il ne voulait pas dire n’importe quoi. Puis, il a dit qu’il y était opposé. Entre les deux tours, il a même dit qu’il y était carrément opposé. Puis, une fois élu, il y est devenu favorable. Le temps de la réflexion n’avait probablement pas dû être assez long.

Au sujet de l’accueil des migrants, on a le sentiment qu’il prend le même chemin. Il commence par dire qu’il y est favorable. Au passage il en profite pour me couvrir d’opprobre parce que j’y suis opposé. Puis, nouveau changement : il y est maintenant opposé. Et il précise : "je suis favorable à l’accueil des réfugiés mais hostile à celui des migrants".

Seulement, la différence est bien ténue. Un migrant pouvant être un réfugié, comme un réfugié peut être un migrant. C’est un peu comme dans le sketch des Inconnus dans lequel il est difficile de saisir la nuance entre un bon chasseur et un mauvais chasseur.

Bref, aujourd’hui, M. Blanché est hostile à leur accueil, mais demain ? Ça dépendra sûrement du temps de la réflexion. En tout cas, on peut être certain qu’il ne dira pas n’importe quoi. Ce n’est pas le genre de la maison.

Lire la suite

Philippe de Villiers plus légitime que Marine Le Pen

4 Novembre 2015, 20:45pm

Publié par droin

Sur Boulevard Voltaire

Lire la suite

La Passerelle n°22

30 Septembre 2015, 14:26pm

Publié par droin

La Passerelle n°22 vient de sortir. Au sommaire :

On nous suit

Il est amusant de relire les programmes respectifs des différentes listes engagées lors des dernières municipales et de comparer avec ce qui se réalise effectivement aujourd’hui. On constate, par exemple, que la municipalité ne met pas du tout en pratique ce qu’elle proposait alors. Notamment son fameux et fumeux plan informatique qui était sa fierté et qui devait faire de Rochefort LA ville du numérique…

On nous suit même depuis Paris

Lors de ces mêmes municipales, personne n’a oublié ce candidat qui ne cessait de répéter qu’il habitait Rochefort. Hé bien ce candidat vient de faire son grand retour... à Rochefort ! Avec une réunion d’information autour de l’hyper incinérateur d’Angers…

L’arbre qui cache la forêt

... Le plus pénible de l’histoire, c’est que l’on a pu mesurer durant cette trop longue vacance l’importance qu’a pris l’Hermione dans notre ville et même combien Rochefort est tributaire de cette frégate qui ne lui appartient pas. Pis, qui est la possession d’une association dont le maire de La Rochelle est vice-président…

Gérard Pons

Ceux qui ne l’aiment pas disent qu’il ne sait pas aligner deux mots ; ceux qui l’apprécient louent au contraire son dynamisme, son efficacité et ses qualités d’animateur…

Rémi Letrou

... Mieux vaut un adversaire redoutable par son intelligence qu’un exégète des coups bas. Le débat n’en est que plus enrichissant et ça évite de sombrer dans cette politique de caniveau qu’affectionnent certains…

Insécurité dans la zone de Villeneuve

... C’est en quelque sorte le monde à l’envers : une ville de gauche sanctionne quand une ville de droite reste laxiste.

Du rififi au sein de la municipalité ?

Le numéro 3 de la municipalité prendrait-il ses distances avec le reste de l’équipe pour préparer déjà 2020. C’est en tout cas ce qu’on est en droit de croire si l’on étudie le comportement de M. Ésoli (anagramme d’Isolé)…

Le meilleur c’est Castello de LO

Un article intéressant est paru le 9 septembre dernier dans Sud Ouest au sujet des comptes de campagne des dernières municipales. On peut voir ainsi qui sont les candidats les plus dépensiers et combien leur coûte chacune de leur voix. Ou, plus exactement et dans la plupart des cas, combien ça coûte au contribuable. Si on classe ces candidats en fonction du prix de la voix, le 5ème et par conséquent dernier de la classe n’est autre que…

Un commerçant excédé s’exprime

... Pour cela il faudrait que nos élus écoutent les doléances des « Rochefortais de base » comme ils nous qualifient, qu’ils redescendent du niveau stratosphérique auquel leur élection les a propulsés et qu’ils prennent les problèmes dans le bon ordre. C’est bien de penser Rochefort 2035, mais il ne faut pas ignorer Rochefort 2015… et ses « petits problèmes ».

Lire la suite

Le prix d’un migrant

18 Septembre 2015, 07:23am

Publié par droin

Le Président de la République l’a annoncé : la France va accueillir 24 000 migrants.

De son côté, le Premier ministre va sortir 279 M€ pour l’accueil de ces migrants et 250 M€ pour l’hébergement d’urgence. Total : 529 M€.

529 millions pour 24 000 individus, ça fait plus de 22 000 € par migrants.

À l’heure ou des millions de Français sont dans la misère et certains, même, sans toit, il est évident que beaucoup ne vont pas comprendre.

À moins que le chiffre annoncé par le Président soit faux.

Lire la suite

Quand M. Blanc nous suit et s’égare avec nous

15 Septembre 2015, 09:08am

Publié par droin

Communiqué de presse

Madame, Monsieur,

Je viens d’apprendre qu’un débat allait être organisé autour de « l’hyper incinérateur » d’Angers.

Je me permets de vous rappeler que c’est nous qui avions mis cette affaire sur la sellette. D’abord sur mon blog au mois de mars, puis dans La Passerelle du mois d’avril dernier.

Le problème de la personne qui organise ce débat, c’est qu’elle nous a littéralement pompés mais, hélas ! sans rien vérifier. Contrairement à ce que nous disions, il n’y a pas d’hyper incinérateur à Angers : c’est un centre de tri mécano biologique (TMB).

Seulement à vouloir nous suivre de trop près, et en plus depuis Paris, le malheureux s’est égaré avec nous. Le drame, c’est qu’il entraîne avec lui un ancien ministre. Franchement, on le préférait dans ses extravagances de toboggans.

Ceci étant dit, il est vrai, comme nous le signalions il y a six mois, que deux opérateurs en guerre ouverte à Angers et qui ont, de surcroît, plombé les contribuables de cette agglo, peuvent difficilement se retrouver sur un même projet à Rochefort. Lire à ce sujet La Passerelle du mois d'avril.

Lire la suite

Lettre au maire au sujet des migrants

12 Septembre 2015, 14:58pm

Publié par droin

Monsieur le Maire,

La Passerelle qui va sortir à la fin du mois étant plus que saturée, je me permets de vous interpeller par la présente à propos de l’annonce que vous avez faite cette semaine au sujet des migrants. Vous étudiez donc le moyen d’en accueillir à Rochefort. Pour vous justifier, vous avancez qu’il y en à déjà. Vous avez parfaitement raison : les socialistes, quand ils étaient à la mairie, en ont fait venir.

Seulement, les socialistes ont été virés par les Rochefortais qui n’en voulaient plus. C'est-à-dire qu’ils voulaient du changement et une autre politique. Or, depuis que vous les avez remplacés, vous vous ingéniez à les singer comme si vous ne compreniez pas les signes clairs que vous adressent les habitants de notre ville.

D’autre part, en accueillant ces populations, vous participez, encore une fois, au grand remplacement que de plus en plus de Français redoutent parce qu’ils en prennent chaque jour davantage conscience.

Cette affaire de migrants est un drame et, comme tous les drames, il faut le traiter à la source. La source de ce drame, c’est l’Islam radical. Il faut donc aller combattre l'Islam radical là où il sévit le plus activement ; c'est-à-dire dans ces régions qui nous envoient leurs ressortissants. Nos pays doivent aider ces malheureux chez eux en les encadrant et en les protégeant militairement contre les barbares. En aucun cas nous ne devons les accueillir chez nous, car nous ne ferions que déplacer le problème. Que la gauche ne veuille pas le comprendre, c’est son affaire et elle en mesure, élection après élection, les conséquences. Mais vous qui avez fait croire que vous étiez de droite, vous n’avez pas à vous soumettre. Il vous faut du courage, de la volonté et un vrai dynamisme. C’est ce que je me permets de vous demander tout en vous priant d’agréer l’expression de mes sincères salutations.

Dominique Droin

Lire la suite

Un message intéressant

8 Juillet 2015, 11:09am

Publié par droin

Suite à notre article intitulé Un incinérateur et des tomates pour une drôle de farce, nous avons reçu le message qui suit et qui nous a paru très intéressant. Chacun jugera.

"Je suis responsable de production de tomates en Bretagne depuis 26 ans. Je connais bien la production hollandaise : que du rendement, aucune qualité. Ils veulent s'implanter en France depuis longtemps en raison de leur image de marque défavorable, à cause de l'utilisation intempestive de pesticides, ce qui nuit, entre autres, à la qualité gustative de leurs tomates. Ils veulent aussi profiter des prix de vente français et, surtout, par la voie de leur production française importer leur production hollandaise incognito. Quant aux emplois, sur les 300 annoncés, il y aura quelques Français au début, davantage de Polonais et beaucoup de Biélorusses et Bulgares. (…) Néanmoins, ça fait toujours un coup politique pour le petit conseiller en place ; sans parler de probables subventions qu’il serait quand même plus intelligent de donner aux producteurs Français."

Lire la suite

Courrier aux délégués du SIL

16 Juin 2015, 12:20pm

Publié par droin

Objet : Incinérateur d’Échillais et votre convocation à Royan le 26 juin.
P.J. : 1. Article paru dans La Passerelle 2. Extrait d’un article paru dans Angers.Mag du 16.04.15, modifié le 17.04.15
Madame, Monsieur,
Vous êtes convoqués, vendredi 26 juin, par le président du SIL pour choisir, ente autres, le délégataire qui devra exploiter l’usine d’incinération d’Échillais.
Pourriez-vous interroger votre président, M. Barraud, au sujet d’un projet similaire à celui d’Échillais qui s’est soldé par un fiasco de 120M€ dans la région d’Angers (voir P.J. 1 et 2) en lui posant ces deux questions.
Première question : le procès qui oppose l’exploitant (Véolia) au constructeur (Vinci) à Angers n’est-il pas de nature à contrarier le projet d’Échillais ?
Deuxième question : quelles sont les causes de l’échec de l’incinérateur d’Angers ? et qui, selon vous, est en responsable ?
Je suis persuadé, pour ma part, qu’il est difficilement concevable que deux protagonistes en guerre ouverte dans un fiasco qui s’est fait aux dépens du contribuable, puisse à nouveau se retrouver sur un projet commun et similaire.
Je vous prie de croire, Madame, Monsieur, à l’expression de ma haute considération.
Dominique Droin

P.J. n°1 Article Passerelle

L’hyper incinérateur d’Angers ou l’histoire d’un fiasco à 120 M€.

C’est un projet de centre de revalorisation des ordures ménagères, comme à Échillais. Autrement dit, c’est un hyper incinérateur. Mais à qui on a donné un nom bucolique : Biopôle. Ça se passe en périphérie d’Angers, à Saint-Barthélemy d’Anjou. Quant aux acteurs, ce sont les mêmes qu’ici : le constructeur, c’est Vinci, l’exploitant, Véolia. Enfin, il y a la communauté d’agglomération d’Angers. C’est-à-dire que là-bas, il n’y a pas eu besoin de créer une nouvelle couche sur le millefeuille administratif, contrairement à chez nous avec le SIL. Le projet angevin a vu le jour en 2011. En 2015, c’est un fiasco à 120 M€. Entre temps, que s’est-il passé ?
L’agglo a commencé par signer une délégation de service public avec Véolia pour l’incinération de ses déchets. Or, très vite, l’exploitant a constaté qu’il ne pouvait pas exploiter l’usine. Aussi, s’est-il naturellement retourné contre l’agglo en l’attaquant en justice. Celle-ci estimant, de son côté, qu'elle n’était en rien responsable des dysfonctionnements de Biopôle, a donc attaqué, à son tour et toujours en justice, le constructeur, Vinci.
Pas vraiment décidé à porter le chapeau, le constructeur s’est défendu en affirmant que c’était l'exploitant qui exploitait mal. L’affaire est donc dans les mains de la justice et l’imbroglio à ce point alambiqué que les hypothèses les plus noires sont avancées. En effet, les conclusions d'un rapport d'experts, réalisé par la société d'ingénierie Naldeo, ont été remises à Christophe Béchu, président d’Angers Loire métropole et jeune pousse plein d’avenir de l’UMP ; ainsi qu’à Joël Bigot, son vice-président en charge des déchets. Le 4 mars 2015, on pouvait lire dans Ouest-France : « La semaine passée, c'était au tour de Joël Bigot […] de parler de son [il s’agit de Biopôle] très probable arrêt après seulement quatre ans de service. » Autrement dit, les contribuables de cette collectivité auront dépensé 120 M€ pour rien. Ce qui fait dire à Joël Bigot : « Les équipements de ce type ont été un temps à la mode, mais tous connaissent les mêmes difficultés résiduelles... » Fermez le ban.
Cette histoire, résumée à l’extrême, nous invite à trois réflexions :
1. L’agglo d’Angers, contrairement à ce qui s’est fait chez nous, n’a pas créé une couche supplémentaire sur le millefeuille administratif par le truchement d’un syndicat mixte pour son hyper incinérateur.
2. Au lieu de se faire inviter en Martinique par Vinci, les élus du SIL auraient mieux fait d’aller à Angers. La destination est certainement moins exotique, mais sûrement plus instructive.
3. Il serait souhaitable que Véolia et Vinci viennent à Rochefort expliquer publiquement les raisons de leur naufrage.
Le président du SIL, sait ce qu’il lui reste à faire.
Cette histoire devrait faire réfléchir tous ceux qui sont encore favorables au projet d’Échillais. À commencer par les élus.

P.J. n°2

Article Angersmag du 16.04.2015, modifié le 17.04.2015
Depuis jeudi matin, plus un seul déchet produit sur l'agglomération d'Angers ne rentre en traitement dans l'usine Biopole à Saint-Barthélémy-d'Anjou, pourtant mise en service spécifiquement à cet effet il y a seulement cinq ans. Filiale de Veolia Environnement, la société Geval qui exploite le site a pris cette décision mercredi sans crier gare -et sans limite de temps- pour préserver, explique-t-elle, la santé de ses salariés. "Cette mesure est aujourd’hui rendue indispensable afin de préserver leur santé et leur sécurité, constatant que le niveau de sécurité de l’installation est devenu incompatible avec la bonne exécution de la mission" explique Geval dans un communiqué.
Alain Le Gall, son directeur, nous a confirmé les informations parues jeudi matin dans Le Courrier de l'Ouest, à savoir que c'est à la suite d'un CHSCT (1) puis d'un comité extraordinaire d'entreprise convoqué à la demande des salariés, qu'il a pris sa décision. "La médecine du travail m'a vraiment alerté sur la dégradation des conditions de travail et la vraie détresse de certains salariés. Ils supportent mal déjà l'insécurité qui entoure l'avenir du site mais ils sont surtout exposés aux risques à moyen et long terme engendrés par la forte concentration en poussières et le taux très élevé d'ammoniac dans l'usine. Je suis employeur, il fallait à un moment donné que je bouge" explique t-il. "Faire prendre autant de risques à nos salariés pour une installation qui n'est pas viable, ça n'a plus de sens à un moment."
Au problème sanitaire, s'ajoute pour Veolia Environnement, le problème récurrent de "viabilité" du site. En raison de ses dysfonctionnement, Biopole accuse aujourd'hui en bout de traitement 65% de refus de tri. "Entre 80 et 85% de ces refus sont traités à l'usine d'incinération de Lasse (qu'exploite aussi Veolia Environnement dans le Baugeois) et le reste est enfoui. Ce surcoût de traitement, c'est nous qui le payons" insiste Alain Le Gall. Pour Geval, indique-t-il, les pertes d'exploitation s'élèvent aujourd'hui à 2,5 millions d'euros par an : "Faire prendre autant de risques à nos salariés pour une installation qui n'est pas viable, ça n'a plus de sens à un moment."

Lire la suite

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>